Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


Discours rapporté:

Partagez
avatar
sellami kamel

Discours rapporté:

Message par sellami kamel le Jeu 24 Avr 2014 - 14:25

Discours rapporté
 
Pour rapporter les paroles ou les pensées de quelqu'un, on peut choisir parmi les différents styles présentés dans cette page.

Pour comprendre ce qu'est un discours rapporté il faut au préalable avoir bien suivi les explications de la page précédente
 
Narration (exposé de faits).
Une narration peut être un discours si le narrateur choisit de marquer sa présence dans l'exposé des faits.
La narration devient un récit si le narrateur choisit de simplement raconter des faits sans manifester sa présence dans l'exposé.
De ce fait on constate qu'il existe plusieurs manières de rapporter des faits, des paroles.

§A31 / a - Le récit rapporté dans le discours
Alors que dans un récit le narrateur se contente de rapporter des faits, on peut aussi permettre à des personnes de prendre la parole (comme s'il s'agissait d'un discours ordinaire) et on laisse place alors à un discours rapporté.
Le discours est appelé aussi "énonciation" car on énonce, on écrit ou raconte un fait, ce qui n'intervient qu'en présence d'un locuteur qui s'adresse à un ou plusieurs interlocuteurs.

Dans une narration on peut interrompre son discours pour laisser place à un récit rapporté :
- Bonjour Paul, tu sembles bien soucieux ce matin.
- Bonjour Pierre, tu sais bien que je n'ai plus de nouvelles du fils.
- Oui je sais, mais il est peut-être très occupé avec son travail ?
- Oui, c'est possible, mais laisse-moi te raconter :
"Quand Louis partit faire son service militaire il fréquentait une charmante jeune fille et il était heureux. Au retour du service il se mit à boire et de plus il rencontra une fille qui avait des effets néfastes sur son comportement. Un soir comme je lui adressais quelques reproches, il monta dans sa chambre et le lendemain matin il quitta la maison..."
Remarquer l'emploi du temps présent dans la première partie qui correspond au discours, et ensuite le temps imparfait et le temps passé simple pour la seconde partie qui correspond au récit.
 
§A31 / b - Le discours rapporté dans un récit
On doit subdiviser ce chapitre en trois sections distinctes :
A - Le style direct (discours direct).
B - Le style indirect (discours indirect).
C - Le style indirect libre (discours indirect libre).

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] A - Le style direct ( discours direct )
- Le narrateur rapporte les paroles de quelqu'un sans les modifier, tel qu'elles ont effectivement été prononcées. Un verbe, appelé "introducteur", sert à introduire ces paroles (dire, annoncer, répondre...) :
- Léonce a dit : "Je suis riche."
Les verbes introducteurs, qui font toujours partie de la proposition principale, sont "dire" et ses équivalents : déclarer, répondre, annoncer, affirmer,signifier, s'écrier, demander, répéter, faire savoir, faire part de...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] B - Le style indirect ( discours indirect )
- Le narrateur rapporte les paroles de quelqu'un, paroles qui sont intégrées à son propre discours ou récit et présentées dans une proposition subordonnée introduite par "que" :
- Léonce a dit qu'il était riche. (En discours direct : Léonce a dit : "Je suis riche").
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] C - Le style indirect libre ( discours indirect libre )
Le style indirect libre, comme dans le style indirect simple, consiste pour le narrateur à rapporter les paroles de quelqu'un en les intégrant à son propre discours ou récit, mais cette fois sans faire appel à une subordonnée introduite par "que" :
- Ils pensaient tous la même chose. L'équipe ne pouvait pas perdre. (Style indirect normal : Ils pensaient tous la même chose que l'équipe ne pouvait pas perdre).

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
  En savoir plus

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Aa - Le style direct ( discours direct )
À l'oral on marque une pause - Léonce a dit : (pause) "Je suis riche."
À l'écrit le changement de locuteur est marqué par des guillemets (précédés d'un deux-points) ou des tirets (pour un dialogue, avec retour à la ligne à chaque changement d'interlocuteur). Quant à la ponctuation elle sert à préciser le ton du discours et ses diverses nuances (interrogation, exclamation, pause...) :
- Brigitte m'a dit : "Je viens dimanche. Oh qu'il me tarde ! ".
Les indications portant sur le lieu et le temps sont considérées du point de vue du narrateur :
- Il m'a assuré ce matin : "Je reviendrai demain". (C'est le narrateur qui apporte les références concernant la date : "demain" par rapport à "ce matin").
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Bb - Le style indirect ( discours indirect )
Dans un texte : on ne retrouve pas dans la proposition subordonnée les signes particuliers de ponctuation qui sont propres au style direct (guillemets, tirets, points d'exclamation, d'interrogation). Mais on peut naturellement les retrouver dans la proposition principale :
- Tous les candidats pensaient au sujet proposé alors que les surveillants étaient préoccupés par la chaleur qui régnait dans la salle.


Les indications portant sur le lieu et le temps sont considérées du point de vue du narrateur :
- Il m'a assuré ce matin qu'il reviendrait demain". (C'est le narrateur qui apporte les références concernant la date : "demain" par rapport à "ce matin").
Dans le style indirect, les pronoms personnels et les possessifs ne sont pas accordés avec celui qui prononce les paroles mais au contraire avec celui qui rapporte le fait, c'est-à-dire le narrateur. ("Je" représente le locuteur ou le narrateur, "tu, vous" représentent le ou les interlocuteurs, l'adverbe "ici" indiquer l’endroit où on se trouve et l'adverbe "maintenant" pour indiquer le moment présent) :
- "Je reverrais Sophie demain soir après son examen" dit François. ("je, son" = le narrateur François).
- François m'a dit qu'il me reverrait demain soir après mon examen. (Dans ce cas c'est Sophie qui rapporte les paroles prononcées par François = "il, me, mon").
 
Les temps des verbes sont en général le présent, le passé composé, le futur.
- Pour le présent et le futur pas de changement par rapport au style direct :
- Elle déclare : "Je t'aimerai" (style direct) = Elle déclare qu'il l'aimera (style indirect).
- Pour le passé

a) Le présent de l'indicatif devient un imparfait :
- Elle déclara : "Je l'aime" = Elle déclara qu'elle l'aimait.

b) Le passé composé devient un plus-que-parfait :
- Elle déclara : " Je l'ai aimé" = Elle déclara qu'elle l'avait aimé.
c) Le futur devient un conditionnel :
- Elle déclara : "Je l'aimerai" = Elle déclara qu'elle l'aimerait.

Ces changements de temps, entre la proposition principale et la proposition subordonnée, suivent les règles de "la concordance des temps", sujet traité par ailleurs.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Cc - Le style indirect libre ( discours indirect libre )
Les temps des verbes restent naturellement ceux du style indirect ci-dessus : le présent, le passé composé, le futur.
Style indirect libre : - La personne arrêtée réagissait vivement : il n'avait pas dépassé la vitesse autorisée ; les gendarmes avaient-ils des preuves de son délit ? Qu'ils les lui montrent. (La partie "La personne arrêtée réagissait vivement" exprime le propos du narrateur et tout le reste de la phrase reproduit les propos du personnage en cause dans le récit).
En style indirect normal : - La personne arrêtée réagissait vivement en disant qu'elle n'avait pas dépassé la vitesse autorisée ; elle demandait aux gendarmes s'ils avaient des preuves de son délit et demandait de bien vouloir les lui montrer.
En style direct : - La personne arrêtée déclarait : "Je n'ai pas dépassé la vitesse autorisée. Si vous avez des preuves de mon délit, veuillez me les montrer".
Noter : Que ce soit en style direct ou en style indirect, les verbes introducteurs font partie de la proposition principale, et en conséquence ne peuvent pas être introduits par "que" :
- "Il aimerait être élu" m'a-t-il affirmé. (Et non : "il aimerait être élu" qu'il m'a affirmé).


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Mer 29 Mar 2017 - 18:08