Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


Le complément d'objet indirect :

Partagez
avatar
sellami kamel

Le complément d'objet indirect :

Message par sellami kamel le Mar 14 Jan 2014 - 21:32

Le complément d'objet indirect :
La technique consistant à poser, pour trouver un COI, la question « à qui », « à quoi », « de qui », « de quoi », « pour qui », « pour quoi », etc., après le verbe, est à utiliser avec circonspection. Elle ne permet souvent pas de distinguer les COI et les compléments circonstanciels, ainsi qu’il est expliqué sur ce site  M. Grevisse écrit « La frontière entre le complément d’objet indirect et le complément adverbial n’est pas toujours très nette. Il n’est d’ailleurs pas indispensable de trancher les cas douteux ».

La pronominalisation par « en »ou « y » est souvent possible pour un COI comme pour un CC (complément circonstanciel). Ainsi, « Je range mes livres dans les cartons » devient « Je les y range », où « y » remplace le CC « dans les cartons » ; mais « Je pense à Marie » devient aussi « J’y pense », où « y » remplace cette fois le COI « à Marie ». De même, « Il arrive de Paris » devient « Il en arrive », où « en » remplace le CC « de Paris », tandis que « Les agriculteurs profitent de la hausse des prix alimentaires» devient « Ils en profitent », où « en »remplace le COI « de la hausse ».

De même, la possibilité de remplacer le complément du verbe par un adverbe ne signale pas les compléments circonstanciels. Ainsi « Je vais à Paris » peut être remplacé par « Je vais loin », où « loin » remplace le CC « à Paris » ; mais « Je reviens sur ma décision » peut être remplacé par « Je reviens dessus », où « dessus »remplace le COI « sur ma décision ».

Le COI peut être un groupe nominal, un pronom, une proposition infinitive (comme dans « Cela a suffi à le tromper dans ses calculs»), une proposition subordonnée (comme dans « Il parla à qui voulait bien venir », ou dans « Je tiens à ce qu'il soit là")[url=javascript:ShowHideLayer('ptrafic_open','ptrafic_close');][/url]
avatar
sellami kamel

Re: Le complément d'objet indirect :

Message par sellami kamel le Jeu 16 Jan 2014 - 11:38

le discours direct /le discours indirect:


le discours direct: l’énonciateur apporte fidèlement les paroles d'une autre personnes qui sont énoncées à un autre moment que celui de la parole.

1- il est introduit par un verbe de parole: dire, répondre, déclarer, parler, raconter, affirmer, annoncer...

2- utilisation des guillemets et des deux points

3- il est coupé du récit

le discours indirect: est un discours rapporté par un énonciateur qui n'est pas le locuteur.

1- il est introduit par un verbe de parole qui permet de restituer les paroles rapportées.

2- le verbe de parole est suivi par la conjonctif "que" dans la déclaration

3- il se fond dans la narration et perd tout effet subjectif.

le passage du discours direct au discours indirect est marqué par des changements:

1-introduction de la phrase du D.D. par une principale

2- changement des pronoms personnels (je, nous, tu, vous...) et des possessifs (ma, ta, sa...)

3- changements des temps verbaux et des indices de temps.

ainsi le présent devient imparfait au discours indirect;

le passé composé devient plus que parfait

le futur simple devient conditionnel présent

le futur antérieur devient conditionnel passé

l’impératif devient (de+ infinitif)


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Lun 26 Juin 2017 - 6:29