Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


MÉTHODOLOGIE DE LA LECTURE:

Partagez
avatar
sellami kamel

MÉTHODOLOGIE DE LA LECTURE:

Message par sellami kamel le Sam 8 Fév 2014 - 17:19

MÉTHODOLOGIE DE LA
LECTURE:


Qu’est-ce que lire ?

Toute activité de lecture suppose, simultanément, la maîtrise d’un mécanisme et la recherche d’un sens. S’il est vrai que dans la pratique, ces deux aspects sont souvent dissociés dans le temps, ils sont, en réalité, complémentaires.

Apprendre à comprendre le sens :
Pendant de nombreuses années, les recherches se sont centrées sur un seul des aspects de l’acte lexique, sur la maîtrise du code linguistique. Certes, la compréhension était toujours évoquée sous-jacente à la démarche mais jamais une étude approfondie n’avait permis d’élaborer des stratégies d’apprentissage susceptibles de nous aider à développer notre ou nos approche(s) du sens d’un texte.

a) Approche global du texte :
De même qu’une phrase n’est pas une suite de mots, un texte n’est pas une simple
juxtaposition de phrases. Pour comprendre un texte, il ne suffit pas de comprendre des mots.
Le sens n’est pas la résultante d’une somme de signifiés.
Il faut savoir maintenant qu’on peut parfaitement comprendre un texte alors qu’on est parfois
Incapable d’en comprendre chaque mot, chaque détail…

b) Diversification des stratégies d’approche du texte :
Notre lecture a été pendant longtemps linéaire et totale. Aujourd’hui, nous assistons à
l’éclatement de l’acte de lire. Ce dernier n’a pas de valeur intrinsèque : je lis Quoi ? Où ?
Quand ? Comment ? Dans quel but ?…
De même que la parole s’inscrit dans une situation d’énonciation qui la caractérise, la lecture
s’insère dans une situation de lecture qu’il convient de préciser à chaque fois.
En effet, il n’y a pas de technique de lecture valable pour tout le monde, pour tous les textes et en toutes circonstances, mais des techniques correspondant aux différentes situations de lecture.

Quelles compétences faut-il avoir pour comprendre un texte écrit ?
Accéder au sens d’un texte suppose donc compréhension globale qui elle même suppose connaissance du code linguistique (graphimie, morphologie, syntaxe, lexique) que celle du fonctionnement textuel et intertextuel (organisation des phrases entre elles, fonction du texte, relation du texte à d’autres textes.)
Donc connaître le code d’une langue est parfois insuffisant à bien comprendre un texte. Il est maintenant nécessaire que le lecteur ait des compétences à saisir la structure sémantique, la connaissance du contenu référentiel, la reconnaissance du genre textuel.
Un texte au contenu référentiel connu est plus facile à comprendre qu’un texte dont le thème nous est totalement inconnu car nous avons en mémoire des schémas de contenu concernant par exemple l’organisation des informations dans un journal ou le déroulement d’une histoire fictionnelle.


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû 2017 - 21:37