Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous,

vous ne serez pas

déçu !




Cliquez sur s'enregistrer.

Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


Quels formateurs sommes-nous?:

Partagez

sellami kamel

Quels formateurs sommes-nous?:

Message par sellami kamel le Ven 31 Jan 2014 - 17:29

Quels formateurs sommes-nous?:

Au nom de Dieu le Tout Puissant, le Miséricordieux. Puis après. De la part de l'auteur de ces lignes à tous ceux dotés de la raison.Ceux qui exercent le métier soi-disant noble. On vous jure sur la tête de vos enfants de ne pas prendre légèrement ce que l'on vous dira. D'ailleurs, Dieu vous a octroyé ce qui est "altérable" mais bien efficace pour en juger.

On en fait partie. Le corps enseignant est bel et bien le formateur des bambins balourds que l'on prend pour nos élèves. Mais il n'est plus question de parler dans la première partie de ce bout de papier de ces derniers. Ce qui est important pour nous est de redire quelques vérités sur les enseignants et leur profession. Mais laissez-moi d'abord dire -qu'on s'entende bien- qu'être enseignant, c'est opter pour entrer dans un service public qui est une activité d'intérêt général.

La première vérité est que "le statut" des enseignants connait ostensiblement une situation régressive. Cela se voit clairement dans nos sociétés. Notamment au sein de leurs disciples. Elle est le corollaire non seulement des déterminations – il s'agit des lois à prévaloir à leur dépens et en faveur des cancres. – prises par "les décisionnaires". Mais aussi d'eux-mêmes. La prestance du pédagogue risque peu à peu de se résorber. C'est d'autant plus choquant que ce dernier sait qu'il joue dans la société le rôle d'une clef de voûte. Certains enseignants, que Dieu leur pardonne, desservent à l'image de l'enseignement. L'image qu'ils s'attribuent est inversement proportionnelle aux axiomes du "métier noble". Que dites-vous d'un enseignant volant avec préméditation des moyens didactiques propres à son collègue dans un même établissement? – Qu'on se le dise toujours: l'auteur de ces lignes est tout à fait neutre et il n'accuse et ne lèse quiconque –. D'ailleurs il ne rapporte plus ce que lui arrive. Un comportement pareil reconnu par des élèves studieux fait, en sus d'un vice, une honte.
On n'ose plus en rajouter.

La seconde est autant plus importante que la précédente. Elle en découle, d'ailleurs. Si l'on observe le comportement de certains de nos écoliers, trouvera-t-on ce que l'on appelle "pudeur"? La réponse est: OUI. Mais on doute fortement de dire: chez la plupart. Car la plupart est prise par ce que l'on nomme "indécence". Envers leurs Cheikhs. Une enseignante m'a rapporté récemment qu'un élève imprudemment lui avait blasphémé en refusant de quitter la classe, après que cette dernière lui avait ordonné de sortir. A qui la faute? A elle parce qu'elle dessert à l'image de son métier? Ou à lui car il est indécent? –On n'omet plus que certains enseignants, on doute fortement aussi que cela se répand partout, blasphèment leurs élèves –. Le gâchis est sérieusement terrible. L'état de l'enseignement au sein de tels élèves et de tels enseignants est lamentable. On reproche ainsi gravement aux professeurs de se comporter envers leurs disciples tels que potes. Renouer avec les cancres se répercute exécrablement sur "Monsieur" ou "Madame".

Jugeons-nous donc et jugeons nos écoliers. De nombreux parmi nous désapprennent malheureusement souvent le rôle de l'école qui est le milieu où se forment toutes les futures générations avec leur diversité. "Enseigner" est un métier révérencieux et noble. Mais que l'on soit nous-mêmes révérencieux, que l'on soit nous-mêmes nobles. Cessons d'éclabousser l'image de ce métier.On n'en rajoutera plus encore. On vous laissera le champ libre pour en juger.

O enseignants ! Vos élèves vous saluent bien.


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Mar 24 Jan 2017 - 16:06