Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


Un bon prof ?:

Partagez
avatar
sellami kamel

Un bon prof ?:

Message par sellami kamel le Ven 31 Jan 2014 - 17:16

Un bon prof ?:

C’est celui dont les élèves se souviennent avec reconnaissance des années plus tard, parce qu’ils « apprenaient » bien. Qui leur a donné le gout de sa discipline, et qui les a éveillé à eux-mêmes. C’est celui qui leur a fait aimer le savoir, qui les a poussé à donner le meilleur d’eux-mêmes. C’est celui qui leur a fourni un modèle d’identification acceptable, un exemple d’autorité juste et une image de l’adulte qui donne envie de grandir. C’est celui qui se souvient toujours de l’élève qu’il a été. C’est celui qui fait consciencieusement son travail au quotidien, cours après cours, copie après copie, avec bienveillance, fermeté et humilité. C’est celui qui fait que quand la cloche sonne, les élèves se disent : déjà ! C’est celui pour qui privilégiera toujours la relation humaine sur les savantes constructions dogmatiques. C’est celui qui s’adresse à la classe comme s’il parlait à chaque élève en particulier. C’est celui qui a compris qu’on ne transmet pas un savoir comme on télécharge un logiciel. C’est celui qui sait que la pédagogie relève beaucoup moins d’une science exacte que de l’instinct de communication. C’est celui qui, souvent, prend du plaisir à enseigner.
Le bon prof se distingue du prof honnête par un élément irréductiblement lié à sa personnalité, et qu’aucune formation ne pourra jamais transmettre : une aptitude à communiquer et à intéresser, qui passe par l’humour, la théâtralité, le talent de conteur ou d’orateur, la séduction intellectuelle, la passion de sa discipline, ou le simple charisme.
Bref, être un bon prof, ça ne se commande pas, et ça se décrète encore moins.
Le reste, les projets, le faire-savoir, les voyages, les savantes constructions pédagogiques et les stages à répétition ne remplaceront jamais la valeur humaine d’un bon prof entre les quatre murs d’une salle de classe.
Et bizarrement, les bons profs ne sont pas si rares que ça. La preuve, c’est que tout le monde en a rencontré quelques uns dans sa scolarité.
La vérité de l’enseignement, c’est le maitre face à ses élèves, dans le huis-clos quotidien des salles de cours. Les bons profs, les élèves les connaissent tous. Ce ne sont pas forcément les mêmes aux yeux de l’institution..


_________________
sellami kamel
avatar
sellami kamel

Re: Un bon prof ?:

Message par sellami kamel le Sam 8 Fév 2014 - 16:41

Pourquoi enseigner ?:

Partout dans le monde des gens et surtout les parents d’élèves voient que l’objectif de l’enseignement ou l’école est d’obtenir un diplôme qui pourrait assurer l’avenir professionnel de leurs enfants et par voie de conséquence de s’assurer une belle carrière…Mais pour un pédagogue ou au moins un professeur la réalité est autre : l’école n’est pas seulement un centre de formation de « cadres diplômés » mais aussi et surtout un outil d’éducation sociale car être bon citoyen relève de plusieurs paramètres :

Un bon citoyen, c’est celui qui sait entendre les autres, de comprendre les raisons qu'ils avancent, de pouvoir refor­muler son propre choix pour y intégrer le point de vue de l'autre... Celui qui sait juger, raisonner, argumenter, écouter, discuter, qui peut avoir les moyens de convaincre, mais aussi savoir se remettre en cause et réviser ses opinions, ne pas tricher avec le réel, en accepter les contraintes, passer des compromis avec les hommes qu'on ne passerait pas avec le réel..., cet esprit d'objectivité et d'ouverture n'est pas si simple à acquérir et ne peut résulter que d'une éducation fortement soutenue.



Quand est ce que la société pourrait être mise en danger ? C’est justement quand le débat est absent ou stérile, quand il fait fi des contraintes du réel ou quand il exclut une partie de la société, laquelle trouve alors dans la violence son seul moyen d'expression. De nos jours, trop de jeunes se placent eux-mêmes en marge du débat public, parce qu'ils se sentent mal armés pour discuter, et se referment sur un « chacun pense ce qu'il veut! » Pour s'ouvrir aux raisons d'autrui et accepter la réalité et ses impératifs, il faut au contraire se sentir fort du pouvoir de discuter, de comprendre et de convaincre. Cette force-là ne s'acquiert pas dans les lieux publics ou dans les « palaces » mais à l’école et rien qu’à l’école…..


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Sam 24 Juin 2017 - 16:42