Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


LA FORME PRONOMINALE :

Partagez
avatar
sellami kamel

LA FORME PRONOMINALE :

Message par sellami kamel le Mar 28 Jan 2014 - 18:38

LA FORME PRONOMINALE DE SENS REFLECHI
« Elle s’est lavé les mains », équivalent à «Elle a lavé les mains à elle-même » ; « Je me suis offert un roman », équivalent à « J’ai offert un roman à moi-même ».   « C’est pour s’entendre dire qu’on est parfait et se voir adorer qu’on veut être aimé » (Vigny, Cinq-Mars), « Je frottai mes yeux à poings fermés, je m’étirai, je me levai » (chapitre 10), « Je m’arrêtai, je me retournai, et j’allai m’étendre à l’ombre d’un cade.   Je m’aperçus que je voyais sa maison » (15, chapitre 25).

LA FORME PRONOMINALE DE SENS RECIPROQUE
« Elles se haïssent », équivalent à « Elles haïssent chacune l’autre»; « Pierre et Jean se parlent », équivalent à « Pierre et Jean parlent chacun à l’autre».   Autres exemples : « Ils [le cardinal Mazarin et le duc de Beaufort] se saluèrent comme des gens qui craindraient de s’enrhumer » (Mlle de Scudéry, lettre du 18 novembre 1650 à l’évêque de Vence), « Ils pourraient fort bien se faire l’amitié de s’épouser par amour » (Marivaux, La Seconde Surprise de l’amour, Acte II, scène 2), « Les coqs s’éveillent mutuellement et s’appellent d’une chaumière à l’autre » (Georges Sand, Lettres d’un voyageur), « Je n’ai jamais su comment ils s’étaient connus » (chapitre 3).   Le sujet peut être le pronom  « on » ou un nom collectif, comme dans : « On s’étudie trois semaines, on s’aime trois mois, on se dispute trois ans, on se tolère trente ans ; et les enfants recommencent » (Taine, Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge), « Le spectacle insolent d’un couple qui se connaît à vingt ans, s’aime, se l’avoue, se le répète et meurt heureux, remplit d’aigreur la plupart des gens » (Michel Déon, Lettre à un jeune Rastignac).

LA FORME PRONOMINALE DE SENS SUCCESSIF
« Les mots d’une phrase s’enchaînent comme des wagons », « Les jours se suivent ».  

LA FORME PRONOMINALE DE SENS PASSIF
« Tous ceux qui s’acquittent des devoirs de la reconnaissance ne peuvent pour cela se flatter d’être reconnaissants » (La Rochefoucauld, maxime 224), équivalent à « Tous ceux qui sont acquittés [=rendus quittes] des devoirs de la reconnaissance ne peuvent pour cela flatter eux-mêmes d’être reconnaissants » ; « Ce qui se trouve le moins dans la galanterie, c’est de l’amour » (La Rochefoucauld, maxime 402), équivalent à « Ce qui est trouvé le moins dans la galanterie, c’est de l’amour » ou à « Ce qu’on trouve le moins dans la galanterie, c’est de l’amour.  « Il n’y a rien de plus ridicule que ces galanteries, qui se font à la vue de tout le monde, et par le conseil et consentement de tous les parents » (Mlle de Scudéry, Le Grand Cyrus, partie 6, livre 3), « Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement » (La Rochefoucauld, maxime 26), « Cette secte se fortifie par ses ennemis plus que par ses amis » (Pascal, Les Pensées), « Si elle a un garçon, il se nommera Felipe » (Honoré de Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, chapitre 41), « Les hameaux s’étaient vidés de leurs mendiants » (Loti, Pêcheur d’Islande, partie 4, chapitre 6).  Dans une proposition pronominale de sens passif, il y a nettement un agent extérieur et distinct du patient.
se lever
se laver
se doucher
s'habiller
se reposer
se réveiller
s'entendre (bien ou mal) avec quelqu'un
se peigner
se parler
s'endormir
se coucher
s'excuser
se moucher
se dépêcher
s'asseoir
se plaindre
se ressembler
s'appeler
se taire
se battre
se souvenir
se demander quelque chose

se mettre à... : le tonnerre se mit à gronder
s'éveiller : l'enfant s'éveilla
se placer : la mère sourit, heureuse et se plaça de façon que se silhouette fût bien visible...
s'incliner : Elle lui apprit à joindre les mains avant de s'incliner devant l'ombre / il vit son fils joindre les mains pour s'incliner devant l'ombre
s'accomplir : le rite s'accomplissait
se faire : quand il voulut se faire appeler père...
se détourner : il se détournait sans répondre
se prosterner : il ne manqua pas de se prosterner devant les mânes de ses ancêtres
se refroidir : le riz se refroidissait lentement
se lever : l'homme se leva et quitta la maison, sans un mot
se jeter : la pauvre femme se jeta dans la rivière
se résigner : il ne put ensuite se résigner à l'irréparable

Verbes essentiellement pronominaux
s’absenter
s’accouder
s’accroupir
s’agenouiller
s’autodétruire
s’autoproclamer
s’autocensurer
se démerder
s’écrier
s’écrouler
s’efforcer
s’emparer
s’empresser
s’enfuir
s’envoler
s’éprendre
s’évader
s’évanouir
s’exclamer
se fier
se méfier
se méprendre
s’obstiner
se ramifier
se rebeller
se réfugier
se repentir
se suicider


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Ven 20 Oct 2017 - 13:41