Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


L'autodidactisme

Partagez
avatar
Admin
Admin

L'autodidactisme

Message par Admin le Jeu 2 Jan 2014 - 18:42

   L'autodidacte est souvent conduit au savoir grâce à la pratique. C'est en réalisant les choses, donc en « mettant la main à la pâte » qu'il acquiert des connaissances, d'où l'importance de l'apprentissage par la pratique.
   On présente souvent des génies comme autodidactes. Pourtant une observation attentive de leur biographie montre qu'ils ont eu des maîtres sous une forme ou sous une autre. « Tout autodidacte est un élite et un génie de la maîtrise du parfait d'un savoir » (Paul Ricœur cité par Philippe Meirieu). Un parcours d'apprentissage non conventionnel n'implique pas de n'avoir été aidé de personne. L'auteur d'un livre même s'il n'est pas contemporain est de facto un enseignant potentiel de son lecteur.
   Dans Les Nouveaux Autodidactes, Georges Le Meur signale que dans la vie quotidienne, « l'autodidacte représente souvent la réussite socio-professionnelle d'une personne qui ne devait « normalement » pas s'élever dans la hiérarchie sociale ». Toutefois, si les souhaits d'ascension sociale constituent un moteur important pour se former, il montre aussi que l'on peut apprendre de manière indépendante et sans souci de promotion. Il met en évidence des démarches de formation existentielles et/ou cognitives que le sujet pilote intégralement pour le plaisir. Il rappelle qu'autrefois le métier de base s'apprenait avec un maître et qu'à la manufacture l'autodidacte n'avait pas sa place. Les autodidactes « emblématiques » qui appartenaient à la classe dominée étudiaient dans les domaines généraux, non professionnels, et manifestaient un respect fort à l'égard de l'institution éducative. Ils s'appropriaient par des voies non scolaires le capital culturel qui leur faisait défaut. Il indique que dans la modernité « la lutte contre l'obsolescence des savoirs professionnels provoque l'apparition d'un autodidacte nouveau » et il développe le concept de néo-autodidaxie. Celle-ci "désigne un phénomène éducatif majeur de la société post-industrielle [...] qui appelle des apprentissages ininterrompus de savoirs récents dans tous les domaines". Ainsi aujourd'hui la néo-autodidaxie recouvre la démarche pédagogique qui consiste à assurer soi-même l'acquisition de connaissances choisies en principe hors des systèmes éducatifs, donc sans enseignant". Au xxie siècle, de nouvelles potentialités et les souhaits d'autonomie autorisent des cursus de formation dans l'agir quotidien. Ainsi, le nouvel autodidacte peut recevoir le savoir à domicile [(France Henry)] par des média multiples, garantissant ses acquisitions hors des organismes qu'il prend parfois en compte. De nos jours "L'autodidaxie se révèle un mode d'apprentissage existentiel ou cognitif dans lequel le sujet social apprenant conserve toutes les responsabilités sur son action formative". Le nouvel autodidacte exerce toujours un pouvoir total sur ses activités éducatives. Pour favoriser cette néo-autodidaxie il s'appliquera à mettre à disposition une méthode de simplification du travail intellectuel créée par Joffre Dumazedier : l'entraînement mental. Pour cela il décrit cette méthodologie dans Construire ma recherche, Joffre Dumazedier chercheur-accompagnateur. On découvre que l'autodidaxie constitue un fait social généré par l'accélération de l'obsolescence des savoirs, l'allongement des temps libérés, la croissance des moyens éducatifs, les désirs d'autonomie, les échecs des systèmes éducatifs... Puis il propose un manuel d'auto-apprentissage de l'entraînement mental dans Organiser sa pensée, apprendre à décider avec l'entraînement mental. Ainsi, le nouvel autodidacte de la société post-industrielle confortera ses potentialités d'accès aux connaissances par les perfectionnements à l’expression pour la communication, puis par la prise en compte de l'analyse de son expérience et par l’autodocumentation qui garantit la découverte des savoirs académiques. Georges Le Meur opère ainsi un bouleversement du paradigme de la distribution des savoirs à un élève par celui de l'appropriation des connaissances par le sujet social apprenant.
  A contrario, l'approche constructiviste de l'apprentissage implique que toute personne qui apprend est autodidacte dans la mesure où quelle que soit la qualité de l'enseignement, aucune connaissance ne peut être simplement transférée à quelqu'un sans qu'il y prenne part. »

L'autodidacte tient ou est parfois un génie par le fait qu'il n'a besoin de personne pour le conduire sur le chemin de la recherche de la connaissance, bien qu'il sache piocher par ci par là la nourriture dont il a besoin.

Adapté d’article- wikipedia -
avatar
sellami kamel

Re: L'autodidactisme

Message par sellami kamel le Jeu 16 Jan 2014 - 10:07

Un autodidacte est une personne qui a appris par elle-même, en dehors des institutions éducatives.
L'autodidaxie (autodidacte, autodidactisme ou autoformation) est un terme générique qui désigne le fait pour une personne de se former elle-même, dans un cadre qui lui est propre, d’une façon plus ou moins éloignée des structures et institutions enseignantes et formatives. Si l'autodidacte est habituellement présenté comme une personne poursuivant une démarche solitaire, il est de plus en plus facile de trouver des ressources d'autoformation collective : groupe d'échange de savoirs, réseaux sociaux d'apprentissage...


_________________
sellami kamel

    La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû 2017 - 22:31