Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous,

vous ne serez pas

déçu !




Cliquez sur s'enregistrer.

Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Partagez

Boudjerou Nadia

composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Message par Boudjerou Nadia le Dim 23 Nov 2014 - 20:43

Composition du 1er trimestre
Niveau : 3ème AS LP
Texte :
   Une jeune normalienne, Raphaëlle Branche, a soutenu, mardi 5 décembre, sa thèse de doctorat d’histoire intitulée « L’armée et la torture pendant la guerre d’Algérie, les soldats, leurs chefs et les violences  illégale » devant un parterre d’universitaires et de journalistes. Ce travail vient éclairer le débat actuel sur la torture durant la guerre d’Algérie en présentant notamment un décryptage inédit des « journaux de marche des opérations »  tenus par chaque régiment, du dépouillement de nombreuses archives civiles et militaires et de longs entretiens avec des militaires.  Non, la torture n’est pas une création ex nihilo de la guerre d’Algérie : non elle  n’a pas été seulement le fait de quelques militaires sadiques et isolés, expose, en substance, le travail de Mme Branche. La torture, au contraire, s’inscrit dans une histoire, celle de la colonisation et de sa remise en cause radicale entre 1954 et 1962. Son ampleur ne s’explique que par la dimension totale de l’affrontement : l’ennemi était alors constitué non pas seulement par une armée mais progressivement, par tout un peuple rebelle à l’ordre colonial que la France avait décidait de maintenir.
 
 C’est que la torture, outil de renseignement, est devenue aussi en Algérie un instrument de terreur et d’humiliation, comme en témoignent la mise à nu systématique des victimes, le fait que ni les enfants ni les vieillards n’ont été épargnés, la fréquence des viols commis au moyen d’objets.
 
   « La torture n’a jamais été un moyen parmi d’autres d’obtenir des renseignements, car elle détruit la dignité humaine de façon radicale, a soutenu  Raphaëlle Branche. Le fait que des Algériens  soient torturés était considéré comme aussi important que le fait que tous les algériens aient peur de subir de tels traitements ». Elle faisait partie des violences qu’il était possible d’infliger et cette intolérance, voire ces encouragements ou ces recommandations des chefs, explique qu’elle ait été pratiquée sur tout le territoire algérien pendant toute la guerre et dans tout type d’unité. »
                                 Philippe Bernard. Le Monde du 7 décembre 2000.
 
I/ Compréhension
1-      Le texte aborde le thème de :
-          Les conséquences de la torture sur les algériens
-          La généralisation de la torture durant la guerre d’Algérie.
-          La torture, un moyen de riposte.
2-      Ce texte est-il l’œuvre d’un écrivain, d’un journaliste ou d’un témoin ? Justifiez votre réponse.
3-      L’auteur de ce texte marque –t-il explicitement sa présence ? Justifiez votre réponse.
4-       Qui est Madame Raphaëlle Branche ? Quel témoignage apporte-t-elle ?
5-      Sur quoi Mme R.  Branche s’appuie-t-elle pour mener à bien son travail de recherche ?
6-      Relevez du texte quatre mots ou expressions se rapportant au champ lexical  de « la torture ».
7-      Quel est la visée communicative de l’auteur.
8-      Selon R. Branche la torture en Algérie était pratiquée dans tout le pays.
Relevez dans le texte la phrase qui renvoie à cette idée.
9-      Enumérez les sévices que l’armée française faisait subir aux algériens.
10-  «  La torture est devenue un instrument de terreur et d’humiliation. »
Retrouvez dans le texte l’antonyme du terme souligné.
11-  « La torture fut pratiquée, en Algérie entre 1954 et 1962  comme un outil de renseignement. »
Réécrivez cet énoncé à la forme active.
II/ La production écrite
Traitez l’un de ces deux sujets au choix
Sujet 01
           Votre exposé porte sur le thème de « la torture durant la guerre d’Algérie ». Ce  texte constituera une bonne introduction.  Rédigez son compte rendu objectif pour le présenter à vos camarades.
       Sujet 02
         Votre lycée organise un débat sur le thème de la guerre d’Algérie et ses inconvénients », et Vous êtes convié à participer à ce débat.
     Rédigez un texte d’une quinzaine de lignes dans lequel vous dénoncer les méfaits de la colonisation. Vous appuierez votre argumentation d’exemples.

blonde

Re: composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Message par blonde le Lun 24 Nov 2014 - 19:29

Merci collègue pour ces contributions,je suis PEM mais j'aime bien ces sujets du secondaire.

Boudjerou Nadia

Re: composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Message par Boudjerou Nadia le Lun 24 Nov 2014 - 21:08

tous le plaisir est pour moi. je pense qu'il n'y a pas une grande différence entre le collège et le lycée.

nejet

Re: composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Message par nejet le Jeu 27 Nov 2014 - 20:51

merci pour tout

Boudjerou Nadia

Re: composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Message par Boudjerou Nadia le Mer 3 Déc 2014 - 15:56

                                                  
 

Composition du 1er trimestre LP
Matière : Français                                                                                    Durée : 2 heures
 
                                
Texte :
   Depuis 1962, on relate très succinctement les faits historiques sur la lutte de libération nationale, à l’occasion des anniversaires et des dates commémoratives. Par sa spécificité, la guerre d’Algérie est considérée à travers le monde comme étant l’un des plus grands évènements qui ont marqué le XXème siècle.
 
  C’est dans cette optique que je voudrais, en tant que témoin et acteur, retracer un parcelle de cet édifice historique et relater la difficile période allant des années 1959 à 1962 qui a vu une nouvelle jeunesse reprendre le flambeau de la lutte après l’arrestation de leurs ainés durant la bataille d’Alger.
 
   Une des dates historiquement marquantes fut la répression du 8 mai 1945.
   L’arbitraire et ses conséquences allaient matérialiser la création d’hommes épris de justice qui, comprenant que la liberté s’arrache, se démarquèrent de lutte légaliste et de l’attentisme politique. Cette nouvelle orientation fut le tournant qui allait précipiter les évènements vers le chemin de la lutte armée, avec d’abord la création, en 1947, d’une organisation paramilitaire (OS) sous la responsabilité de Mohamed Belouzdad. Celui-ci, nanti d’une grande culture nationaliste, a joué un rôle de premier plan dans la préparation des hommes  et la récupération des armes qui servirent au déclenchement de la lutte. Une partie de ses armes fut entreposée à Soustara, Alger, chez Zergaoui Mustapha, membre de l’OS ; un deuxième lot fut caché dans une ébénisterie à Kouba, Alger, chez le militant Yahaoui. Mais le parcours vers la déflagration de Novembre 1954 fut très ardu, compte tenu des divergences internes, dont l’effet fut aggravé par l’arrestation de plus de 400 militants de l’OS. Grâce à l’engagement déterminé des hommes, le processus de la préparation se remit en marche ; ce qui mena la création du FLN et de l’ALN issus de l’OS et du comité révolutionnaire d’unité et d’action (CRUA) en 1954.
  
  A ce propos, je voudrais ouvrir une parenthèse sur une phrase lancée par Didouche Mourad lors de la réunion des 22 membres du CNRA, durant le mois de juin 1954 : « si nous devions mourir durant le parcours de la lutte armée, d’autres hommes nous relayerons ».
 
                                                                           Benebri Allal, « Ancien responsable des groupes armés à Alger.
                                                                              In le quotidien « Midi Libre » Octobre 2008.
 
                                        Questions
 
I/ Compréhension de l’écrit : (13 points)
1-      Que retrace l’auteur dans ce texte ? Justifiez votre réponse par une phrase prise du texte.
 
 
 
 
 
2-      Ce texte est-il l’œuvre d’un :
-          Historien
-          Ecrivain
-          Témoin de l’évènement                               
  Recopiez la bonne réponse en relevant une expression qui justifie votre choix.
 
3-      Complétez le tableau ci-dessous avec les informations de texte :
 
Dates lieux  Faits        personnages
 
1947
AlgerCréation de l’OSMohamad
Belouizdad
 
1947
-Soustara,
Alger
-Kouba,
Alger
 Zergaoui Mustapha
le militant Yahaoui
 
1954
/ / / /Création du FLN et de l’ALNLes 22 membres
 
4-      Quel rôle Mohamed Belouizdad a-t-il joué dans le déclenchement de la lute armée ?
 
5-      Pourquoi l’auteur qualifie t-il « le 8 mai 1945 » d’évènement historique  marquant ?
 
6-      A quoi a abouti la détermination des hommes épris de justice ?
 
7-      Dans la dernière phrase du texte Didouche Mourad veut mettre l’accent sur :
-          Le courage ?
-          Le patriotisme ?
-          La force des algériens ?
Recopiez la bonne réponse
 
8-      Relevez du texte quatre mots appartenant au champ lexical de la guerre.
 
9-      Quel est le temps dominant dans le texte ? justifiez son emploi par l’auteur.
 
10-  Quelle est la visée communicative de l’auteur ?
 
II/ Production écrite (07 points)
 
                    Traitez un sujet au choix
Sujet 01 :
   Afin d’informer votre correspondant étranger d’un pan de l’histoire de votre pays vous avez jugé approprié le contenu de ce texte. Rédigez donc son compte rendu.
 
Sujet 02 :
  Skikda est connue pour être la ville du 20 août 1955, date historique et inoubliable. Dans un bref récit, relatez les évènements qui ont eu lieu ce jour-là dans cette ville.
 
                       
                                                   Bonne chance.
Corrigé type :
Composition du 1er trimestre de français
Classe : 3ème LP
     I/ Compréhension de l’écrit : (13 points)
1-    L’auteur relate des évènements historiques sur la lutte de libération nationale.
«… relater la difficile période allant des années 1959 à 1962 »
2-    Ce texte est l’œuvre d’un témoin de l’évènement.
Justification : « je voudrais, en tant que témoin et acteur… »
 
3-    je complète le tableau :
 
Dates lieux  Faits        personnages
 
1947
AlgerCréation de l’OSMohamad
Belouizdad
 
1947
-Soustara,
Alger
-Kouba,
Alger
Entreposé les armes en vu
De les
Zergaoui mustapha
Le militant Yahaoui
 
1954
AlgerCréation du FLN et de l’ALNLes 22 membres
4-    Mohamed Belouizdad a joué un rôle de premier plan dans la préparation des hommes  et la récupération des armes qui servirent au déclenchement de la lutte.
5-    L’auteur qualifie le 8 mai d’évènement marquant car il  fut le tournant qui allait précipiter les évènements vers le chemin de la lutte armée.
6-    la détermination des hommes épris de justice a abouti au déclenchement de la lutte de libération nationale (le 1 er Novembre 1954).
 
7-    Dans la dernière phrase du texte Didouche Mourad veut mettre l’accent sur :
« le patriotisme du peuple algérien ».
8-    Je relève du texte quatre mots appartenant au champ lexical de la guerre.
la lutte - ses armes – répression - la déflagration - l’ALN…
9-    Le temps dominant est le couple de temps imparfait et passé simple. Son emploi : c’est un récit historique
10-                      La visée communicative :
L’auteur expose des faits historiques pour informer le lecteur et expliquer les tenants et les aboutissants de la lutte armée.

Contenu sponsorisé

Re: composition du 1er trimestre 3ème AS LP

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 21 Fév 2017 - 17:48