Parler français en Algérie et ailleurs

Rejoignez-nous, vous ne serez pas déçu !

Cliquez sur « s’enregistrer ».
Parler français en Algérie et ailleurs

Le français pour tous et tous pour le français

(...) je fais dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Montaigne

Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! Victor Hugo

Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant

La vraie éloquence se moque de l'éloquence (...) Pascal


Le littoral algérien

Partagez
avatar
ZoTiXoLa

Le littoral algérien

Message par ZoTiXoLa le Sam 22 Nov 2014 - 14:59

Le littoral algérien


Le littoral algérien s’étend sur 1 622 kilomètres. Il représente un écosystème fragile et constamment menacé de dégradation en raison de la concentration de la population, des activités économiques et des infrastructures le long de la bande côtière.
La population est caractérisée par une répartition déséquilibrée sur le territoire national : Environ les deux tiers de la population algérienne sont concentrés sur le littoral tandis que le reste est dispersé à travers le Sahara.
Outre la forte concentration de la population permanente, le littoral algérien constitue la destination privilégiée d’une population supplémentaire d’estivants estimé à 9 millions en 2005 sur la corniche oranaise.
Cette forte concentration démographique a entraîné une urbanisation démesurée. Cette urbanisation s’est développée au détriment du foncier agricole, les surfaces concédées par l’agriculture ont été évaluées à 8 790 hectares à la Mitidja, 2 850 hectares dans les collines du Sahel, 1 010 hectares dans les plateaux côtiers du centre et 5 470 dans la région oranaise. A elles seules ces régions littorales autour des trois principales villes côtières ont perdu 17% du total de leurs terres agricoles. Les sites naturels (plages, dunes..) autour des grandes agglomérations et périmètres industriels côtiers (Alger, Oran, Annaba, …) n’ont pas été épargnés non plus.
Le littoral recèle d’atouts indéniables favorables à l’activité touristique. Depuis l’indépendance, et contrairement aux autres pays du pourtour méditerranéen, l’Algérie n’a pas accordé au secteur du tourisme un rôle conséquent dans ses différentes politiques de développement. En réalité, il n’existe aucune politique qui vise à gérer et à promouvoir le tourisme, encore moins d’une manière durable, même si en 1966 furent créées les Zones d’Expansion Touristiques (ZET). Actuellement la majorité des ZET ont été détournées de leur vocation initiale, leurs terrains d’assiettes ont servi pour implanter des lotissements et des coopératives immobilières.
Le littoral en Algérie est par ailleurs, caractérisé par une concentration des activités industrielles : Ainsi pas moins de 5 242 unités industrielles y sont implantées et occupent 50% du parc national.
L’activité pétrolière est une activité positive et souhaitable, essentielle pour le développement social et économique du pays. Cependant, elle s’est accaparée des meilleurs sites littoraux et s’est développée au détriment des autres usages liés à la mer. Elle peut, en outre, comporter des risques réels pour les agglomérations limitrophes et le milieu marin et générer des déchets, des émissions de gaz toxiques et d’eaux usées polluées. La zone compte deux zones pétrochimiques importantes, la première située à Arzew à l’ouest d’Algérie et la seconde à Skikda à l’est.


Malika Kacemi

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 11:07